Earsquared

VéloTaf
Voir EarCITY C

Vélotaf : Pourquoi aller travailler à vélo ?

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à adopter le vélotaf (moyen de transport domicile/travail). Il est reconnu que l’utilisation quotidienne du vélo est bonne pour la santé, l’environnement, le portefeuille et plus sûr qu’en voiture. Mais qu’en est-il réellement ? Nous avons vérifié pour vous.

Ecouteurs sans fils pour vélo

 

Le vélotaf c’est pour votre santé

Pendant 5 ans, des chercheurs britanniques ont suivi l’évolution de santé de 260 000 personnes en fonction de leur mode de déplacement Domicile/travail. Les résultats sont flagrants et montrent que les déplacements à vélo sont associés à un risque plus faible de mortalité. Ceci concerne toutes les pathologies telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires…. Encore mieux, une étude plus récente suisse rapporte que l’utilisation du vélo électrique donne des résultats similaires sur la santé.

Sachez aussi que le vélo a d’autres avantages sur notre santé. En effet, le temps passé dans les transports et les embouteillages augmente considérablement notre niveau de stress et nuit à la santé physique et mentale. Enfin, l’augmentation du nombre de cyclistes réduit la pollution sonore des villes qui peut affecter l’audition et la qualité de vie.

Vetotaf santé

L’air est moins pollué

Effectivement, c’est à vélo que l’on respire l’air le moins pollué selon l’ADEME. Le lieu où l’air est le plus pollué étant les bouches de métro. Mais attention, le taux d’inhalation du cycliste est 2,5 fois supérieur à celui d’un automobiliste. Malgré cela, l’étude rapporte que le velotaf n’augmente pas le risque pour la mortalité liée aux polluants étudiés. 

Le cycliste peut plus facilement agir pour réduire son taux d’exposition à la pollution. L’ADEME recommande de respirer par le nez plutôt que par la bouche, rouler à une allure modérée, ne pas se mettre en situation d’hyper-ventilation. Le cycliste peut également s’éloigner de la circulation en empruntant des rues moins fréquentées et éviter de rester derrière un véhicule polluant. Enfin l’utilisation d’un vélo à assistance électrique réduit considérablement l’effort et donc le taux d’inhalation.

Le vélotaf, c’est bon pour la planète

Lors de son utilisation, le vélo (qu’il soit mécanique ou électrique) ne pollue pas contrairement à la voiture ou aux transports en commun. Cependant le bilan carbone complet doit prendre en compte l’ensemble des gaz à effet de serre de sa fabrication à sa fin de vie. L’avem (association pour Avenir du Véhicule électrique Méditerranéen) estime que le vélo pollue 12 fois moins qu’une voiture et 5 fois moins que le bus. Mais, qu’en est-il du bilan carbone du vélo électrique comparé au vélo mécanique ?

Evidemment, on sait bien que la production de la batterie est polluante. Pourtant, un calcul complet annonce un bilan similaire. Cela va peut-être vous paraitre « tiré par les cheveux » mais ça ne l’est pas tant que ça. Oui, la production, la maintenance et la recharge du vélo électrique génèrent 3 fois plus de gaz à effet de serre que le vélo mécanique. Toutefois,  notre besoin nutritionnel pollue. Il faut donc prendre en compte le surplus de calories que le cycliste à vélo mécanique va consommer pour pédaler. Cet apport en calorie sera 3 fois plus important que le cycliste à vélo électrique. Ce qui porte le bilan carbone à 21g CO2e/km pour le vélo mécanique et 22g CO2e/km pour le vélo électrique.

Ecouteurs pour vélo écologie

Une autre pollution générée par le trafic automobile est la pollution sonore qui peut altérer le fonctionnement des écosystèmes. En effet, le chant des petits oiseaux n’existe pas uniquement pour notre plus grand plaisir mais beaucoup d’animaux ont besoin de communiquer pour se reproduire ou pour assurer leur survie.  Lorsque ces animaux ne s’entendent plus, c’est toute la biodiversité qui est menacée.

Le vélotaf, c’est moins cher

Un autre argument de poids ! Faisons le calcul pour un trajet travail/domicile de 10 km.

Considérons une voiture de 15000€, revendue à 35% de sa valeur au bout de 10 ans, elle coutera 81,25€/mois. Le coût de l’assurance est estimé à environ 420€/an. Avec une consommation de 6L/100Km et un coût du carburant de 1,4€/L, le budget mensuel pour un trajet domicile/travail aller-retour sera de 150€ par mois.

Pour le même trajet en transport en commun, le prix de l’abonnement sera compris entre de 40 et 73€/mois en fonction de votre ville.

Un vélo électrique de 2000€, amortissable sur 5 ans avec un coût d’assurance de 100€/an, une batterie de 500Wh pour une autonomie de 100Km et un coût de l’électricité de 0,16€/Kwh. Il faudra prévoir un budget mensuel de 45€ par mois pour un tel projet.

Enfin, de nombreuses villes proposent un service de vélo en libre-service ou à la location. Les prix diffèrent en fonction des villes.

Ecouteurs pour vélo économie

Plus de vélos = Plus de sécurité

Un des freins à l‘usage du vélo en ville est le sentiment d’insécurité face à la circulation. Le gouvernement a débloqué une aide pour les collectivités afin de sécuriser les pistes cyclables et relier les itinéraires discontinus.  Toutefois, l’OCDE nous apprend dans une étude publiée en 2013 que plus les cyclistes sont nombreux sur la route, plus le nombre d’accidents décroît. On parle de sécurité par le nombre. En effet, les cyclistes étant plus visibles, ont pour effet d’augmenter la vigilance des autres usagers de la route.

Oreillettes à vélo : Que dit la loi française ?

 

Le 24 juin 2015, le gouvernement français vote le decret 2015-743 interdisant « le port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre du son ». Cette mesure s’applique à tous les usagers de la route (automobilistes, motards, cyclistes…). La sanction appliquée est une amende de 135€ et 3 points.

L’interdiction concerne aussi bien les conversations téléphoniques que l’écoute de la musique et de la radio, dès lors qu’elles transitent par un dispositif en contact avec les oreilles. Une seule oreillette est également interdite.  Par contre, restent autorisés en conduisant les systèmes montés dans les véhicules ou dans les casques moto, c’est-à-dire les dispositifs que l’on ne porte pas à l’oreille, ni les appareils que l’on tient en main.

Par cette mesure forte, le Gouvernement entend lutter contre l’isolement des conducteurs face à la circulation routière, ce qui est bien évidemment pertinent pour la sécurité des usagers de la route. Toutefois, alors que des systèmes existent pour les automobilistes et les motards, les cyclistes se retrouvent dans l’impossibilité d’écouter de la musique, la radio ou le GPS lors de leurs déplacements. Alors que les français sont de plus en plus connectés, et que le gouvernement encourage l’usage du vélo pour lutter contre la pollution, cette loi est perçue comme injuste pour bon nombre de cyclistes urbains.

Le plan vélo

 

En 2015, la France arrive en 12ème position aux palmarès des pays les mieux adaptés au cyclisme quotidien. Avec seulement 4% de cyclistes utilitaires contre 36 % aux pays bas. Malgré les avantages certains de la pratique du vélo sur la santé, l’environnement et son faible coût, les freins aux déplacements domicile/travail restent conséquents. En effet, les pistes cyclables sont insuffisantes et mal sécurisées et de nombreux vols de vélo sont à déplorés chaque années. Aussi, les mesures d’incitation à l’usage du vélo manquent.

Suite au baromètre des villes cyclables lancé en 2017 par la Fédération des usagers et de la bicyclette (FUB), le gouvernement lance le 14 septembre 2018 un plan vélo  destiné à encourager l’usage du vélo comme moyen de déplacement domicile/travail. L’objectif est de tripler la part modale de ce mode de transport. Aussi, ce plan vélo a été renforcé à la suite du déconfinement.

Mais que contient ce plan vélo et qu’est-ce que ça va changer pour vous ? On vous dit tout.

Plus de pistes cyclables et mieux sécurisées

En septembre 2018, un fond national « mobilité active » de 350M€ a été débloqué afin de soutenir le déploiement des pistes cyclables et des voies vertes et renforcer la sécurité. Ce fond est destiné aux collectivités sur tout le territoire.

Cela implique pour vous, plus de parcours cyclables avec des voies double-sens. Des places de stationnement supplémentaires seront également créées.

La sécurité des cyclistes sera notamment améliorée par la modification des discontinuités de parcours qui sont des étapes souvent dangereuses à franchir et la création de sas vélo qui rendent les cyclistes plus visibles par les automobilistes. En effet, 4 accidents sur 10 interviennent en intersection.

Ecouteurs pour vélo piste cyclable

hsDes aides pour favoriser l’usage du vélo

1 Prise en charge des frais engagés par le salarié pour ses trajets domicile/travail

Un des freins à l’usage du vélo était un manque de reconnaissance de ce mode de déplacement pour le remboursement des frais de déplacement pour les salariés. L’indemnité kilométrique initialement adoptée en 2016 était limitée à 200€/mois pour les entreprises. Le plan vélo a mis en place en 2018 un forfait mobilité durable pour le remboursement des frais de déplacement domicile/travail jusqu’à 400€/mois. Pour les entreprises publiques, le remboursement est limité à 200€/mois. Attention, cette aide n’est pas obligatoire, renseignez-vous auprès de votre employeur.

2 Aide à la réparation d’un vélo

L’opération « coup de pouce vélo » mise en place par le gouvernement a pour objectif  la remise en état des vélos sur le territoire français. Pour se faire, l’état prend en charge en jusqu’à 50€ les frais de réparation d’un vélo auprès d’un réparateur référencé.

Pour bénéficier de cette aide et gagner du temps chez le réparateur, vous pouvez vous préinscrire ici. Un code vous sera alors envoyé par sms et sera à fournir à votre réparateur référencé (trouver un réparateur) lors du paiement de votre facture. Attention, vous ne pouvez bénéficier de cette aide qu’une seule fois.

3 Aide à l’achat d’un vélo électrique

Si vous êtes majeur, domicilié en France et avec un revenu fiscal de référence par part inférieur ou égal à 13489€, alors vous pourriez bénéficier d’un bonus de 200€ pour l’achat d’un vélo électrique neuf (voir les caractéristiques éligibles). Cette aide n’est attribuable qu’une seule fois.

Mais attention, cette aide vient s’ajouter et est conditionnée à l’obtention d’une aide attribuée par votre collectivité hors toutes les collectivités ne proposent pas cette aide. Ce site recense les villes qui la proposent mais le mieux est de vous renseigner auprès de celle-ci.

La lutte contre le vol

Le second frein à l’usage du vélo mis en avant par une enquête IFRESI/CNRS est le vol de vélo et pour cause, environ 400 000 vélos sont volés en France chaque année. L’enquête nous apprend que les vols surviennent majoritairement dans les grandes agglomérations, au printemps dans des endroits peu fréquentés. Notons également que 43% des vols surviennent dans des locaux fermés.

Afin de mieux lutter contre le vol, le gouvernement a généralisé le marquage des vélos et créé un fichier national des propriétaires afin que celui-ci vous soit restitué s’il est retrouvé.

Cependant, le cycliste sous-estime généralement le risque de vol et prend peu de précaution. La FUB préconise l’utilisation d’un antivol en U en acier cémenté d’au moins 1 kg et de 30 euros minimum.

Ecouteurs pour vélo vol

Le développement de la culture vélo

Dans l’objectif d’inciter nos concitoyens à l’usage du vélo, une fête nationale « Mai à vélo » a été lancée. Cette fête nationale aurait dû débuter en Mai 2020 mais a malheureusement été reportée à Mai 2021 en raison de la crise sanitaire.

Toutefois, de nombreuses villes proposaient déjà des animations autour du vélo (Paris, Nantes, Bordeaux, Grenoble etc..)

Enfin, le développement de la culture vélo passe par la sensibilisation des plus jeunes à la pratique. Plusieurs actions seront mises en place pour l’apprentissage du vélo et des règles de circulation au sein des écoles. Aussi, pour les plus âgés, des formations gratuites seront proposées pour apprendre à faire du vélo et à circuler en toute sécurité.

Ecouteurs pour vélo culture