Pourquoi aller travailler à vélo ?

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à adopter le vélotaf (moyen de transport domicile/travail). Il est reconnu que l’utilisation quotidienne du vélo est bonne pour la santé, l’environnement, le portefeuille et plus sûr qu’en voiture. Mais qu’en est-il réellement ? Nous avons vérifié pour vous.

Ecouteurs sans fils pour vélo

 

Le vélotaf c’est pour votre santé

Pendant 5 ans, des chercheurs britanniques ont suivi l’évolution de santé de 260 000 personnes en fonction de leur mode de déplacement Domicile/travail. Les résultats sont flagrants et montrent que les déplacements à vélo sont associés à un risque plus faible de mortalité. Ceci concerne toutes les pathologies telles que le cancer, les maladies cardiovasculaires…. Encore mieux, une étude plus récente suisse rapporte que l’utilisation du vélo électrique donne des résultats similaires sur la santé.

Sachez aussi que le vélo a d’autres avantages sur notre santé. En effet, le temps passé dans les transports et les embouteillages augmente considérablement notre niveau de stress et nuit à la santé physique et mentale. Enfin, l’augmentation du nombre de cyclistes réduit la pollution sonore des villes qui peut affecter l’audition et la qualité de vie.

Vetotaf santé

L’air est moins pollué

Effectivement, c’est à vélo que l’on respire l’air le moins pollué selon l’ADEME. Le lieu où l’air est le plus pollué étant les bouches de métro. Mais attention, le taux d’inhalation du cycliste est 2,5 fois supérieur à celui d’un automobiliste. Malgré cela, l’étude rapporte que le velotaf n’augmente pas le risque pour la mortalité liée aux polluants étudiés. 

Le cycliste peut plus facilement agir pour réduire son taux d’exposition à la pollution. L’ADEME recommande de respirer par le nez plutôt que par la bouche, rouler à une allure modérée, ne pas se mettre en situation d’hyper-ventilation. Le cycliste peut également s’éloigner de la circulation en empruntant des rues moins fréquentées et éviter de rester derrière un véhicule polluant. Enfin l’utilisation d’un vélo à assistance électrique réduit considérablement l’effort et donc le taux d’inhalation.

Le vélotaf, c’est bon pour la planète

Lors de son utilisation, le vélo (qu’il soit mécanique ou électrique) ne pollue pas contrairement à la voiture ou aux transports en commun. Cependant le bilan carbone complet doit prendre en compte l’ensemble des gaz à effet de serre de sa fabrication à sa fin de vie. L’avem (association pour Avenir du Véhicule électrique Méditerranéen) estime que le vélo pollue 12 fois moins qu’une voiture et 5 fois moins que le bus. Mais, qu’en est-il du bilan carbone du vélo électrique comparé au vélo mécanique ?

Evidemment, on sait bien que la production de la batterie est polluante. Pourtant, un calcul complet annonce un bilan similaire. Cela va peut-être vous paraitre « tiré par les cheveux » mais ça ne l’est pas tant que ça. Oui, la production, la maintenance et la recharge du vélo électrique génèrent 3 fois plus de gaz à effet de serre que le vélo mécanique. Toutefois,  notre besoin nutritionnel pollue. Il faut donc prendre en compte le surplus de calories que le cycliste à vélo mécanique va consommer pour pédaler. Cet apport en calorie sera 3 fois plus important que le cycliste à vélo électrique. Ce qui porte le bilan carbone à 21g CO2e/km pour le vélo mécanique et 22g CO2e/km pour le vélo électrique.

Ecouteurs pour vélo écologie

Une autre pollution générée par le trafic automobile est la pollution sonore qui peut altérer le fonctionnement des écosystèmes. En effet, le chant des petits oiseaux n’existe pas uniquement pour notre plus grand plaisir mais beaucoup d’animaux ont besoin de communiquer pour se reproduire ou pour assurer leur survie.  Lorsque ces animaux ne s’entendent plus, c’est toute la biodiversité qui est menacée.

Le vélotaf, c’est moins cher

Un autre argument de poids ! Faisons le calcul pour un trajet travail/domicile de 10 km.

Considérons une voiture de 15000€, revendue à 35% de sa valeur au bout de 10 ans, elle coutera 81,25€/mois. Le coût de l’assurance est estimé à environ 420€/an. Avec une consommation de 6L/100Km et un coût du carburant de 1,4€/L, le budget mensuel pour un trajet domicile/travail aller-retour sera de 150€ par mois.

Pour le même trajet en transport en commun, le prix de l’abonnement sera compris entre de 40 et 73€/mois en fonction de votre ville.

Un vélo électrique de 2000€, amortissable sur 5 ans avec un coût d’assurance de 100€/an, une batterie de 500Wh pour une autonomie de 100Km et un coût de l’électricité de 0,16€/Kwh. Il faudra prévoir un budget mensuel de 45€ par mois pour un tel projet.

Enfin, de nombreuses villes proposent un service de vélo en libre-service ou à la location. Les prix diffèrent en fonction des villes.

Ecouteurs pour vélo économie

Plus de vélos = Plus de sécurité

Un des freins à l‘usage du vélo en ville est le sentiment d’insécurité face à la circulation. Le gouvernement a débloqué une aide pour les collectivités afin de sécuriser les pistes cyclables et relier les itinéraires discontinus.  Toutefois, l’OCDE nous apprend dans une étude publiée en 2013 que plus les cyclistes sont nombreux sur la route, plus le nombre d’accidents décroît. On parle de sécurité par le nombre. En effet, les cyclistes étant plus visibles, ont pour effet d’augmenter la vigilance des autres usagers de la route.

0 Partages
Partagez
Partagez
Tweetez