Ecouteurs à vélo: Que dit la loi ?

Que dit la loi française ?

 

Le 24 juin 2015, le gouvernement français vote le decret 2015-743 interdisant « le port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre du son ». Cette mesure s’applique à tous les usagers de la route (automobilistes, motards, cyclistes…). La sanction appliquée est une amende de 135€ et 3 points.

L’interdiction concerne aussi bien les conversations téléphoniques que l’écoute de la musique et de la radio, dès lors qu’elles transitent par un dispositif en contact avec les oreilles. Une seule oreillette est également interdite.  Par contre, restent autorisés en conduisant les systèmes montés dans les véhicules ou dans les casques moto, c’est-à-dire les dispositifs que l’on ne porte pas à l’oreille, ni les appareils que l’on tient en main.

Par cette mesure forte, le Gouvernement entend lutter contre l’isolement des conducteurs face à la circulation routière, ce qui est bien évidemment pertinent pour la sécurité des usagers de la route. Toutefois, alors que des systèmes existent pour les automobilistes et les motards, les cyclistes se retrouvent dans l’impossibilité d’écouter de la musique, la radio ou le GPS lors de leurs déplacements. Alors que les français sont de plus en plus connectés, et que le gouvernement encourage l’usage du vélo pour lutter contre la pollution, cette loi est perçue comme injuste pour bon nombre de cyclistes urbains.

Les piétons aussi ne sont pas passés loin de se voir interdire le port d’oreillette. En effet, le 22 octobre 2020 lors des questions aux gouvernement, un parlementaire de la république en marche fait état de l’augmentation du nombre d’accidents impliquant les piétons liés au port d’oreillette et propose l’interdiction des écouteurs et casque audio dans la rue. Toutefois, cette mesure étant difficilement applicable, le gouvernement s’en remet à la responsabilité de chacun et recommande de limiter le volume afin de rester en contact avec son environnement sonore. Aussi, l’exécutif rappelle l’importance de la prévention et des campagnes de sensibilisation.

Ecouteurs velo ville

Et ailleurs ?

 

Tous les pays membres de l’Europe se sont accordés sur la dangerosité de l’usage du téléphone à vélo comme en voiture. Toutefois, les politiques sur les kits main libre ou casque audio diffèrent fortement selon les pays. Ils peuvent être soit encouragés en remplacement du téléphone tenu en main, soit soumis à certaines conditions ou même interdit et passible d’une amende. Quatre pays (la France comprise) se distinguent concernant le port d’oreillettes ou de casque audios à vélo.

En Italie, une seule oreillette est autorisée, le port du casque ou des deux oreillettes est interdit et passible d’une amende de 160 €. Au luxembourg, interdiction de couvrir ses oreilles, les casques audios sont donc interdits mais pas les oreillettes. En Espagne, comme en France : les casques audio et oreillettes sont interdit en voiture comme à vélo. L’amende est plus sévère qu’en France puisqu’elle s’élève à  de 190€. Les autres pays de l’union Européennes s’en remettent à la responsabilité de chacun.

Comme en Europe, la plupart des pays du monde autorisent le port d’écouteurs à vélo mais encore une fois, certains pays ou états d’Amérique l’interdisent. C’est le cas de la province de Quebec qui, depuis 2011 interdit oreillettes et casques audio à vélo. L’amende s’élève à $52 (environ 45€). Aux Etat unis, sept États réglementent les écouteurs: la Floride, le Rhode Island, la Californie, le Delaware, New York, la Virginie et le Maryland.

Parmi ces États, seuls la Californie, le Delaware et le Maryland interdisent l’utilisation d’écouteurs sur les deux oreilles, bien que le Maryland autorise leur utilisation sur les pistes cyclables. Dans les autres états, les cyclistes sont autorisés à avoir un casque couvrant une oreille, mais pas l’autre. L’État gris est la Pennsylvanie où il est illégal pour les conducteurs de porter des écouteurs et cela peut être étendu aux cyclistes, bien que cela ne soit pas explicitement dit. Enfin, il est également interdit de porter des écouteurs au Japon depuis 2015, l’amende peut aller jusqu’à ¥50,000 (soit environ 360€)

Alors quelles alternatives sécuritaires aux oreillettes ?

La plupart des cyclistes urbains reconnaissent que l’isolement à vélo augmente fortement le risque d’accident. Toutefois, beaucoup cherche une alternative sécuritaire tel que les systèmes audios montés sur les véhicules, pour écouter de la musique, les infos ou des podcasts sur leur trajet domicile/travail.

Les autres produits envisageables pour les cyclistes sont les casques à conduction osseuse du son.  En effet, cette technologie permet de garder le conduit auditif libre pour entendre les bruits environnants. Ces casques se présentent sous forme d’écouteurs situés à l’avant des oreilles et reliés à l’arrière par une anse en métal à mémoire de forme. Toutefois, ce casque reste porté à l’oreille. Bon nombre de cyclistes se demande si ce type de dispositifs est autorisés dont la loi ne fait pas état.

En France, seule une jurisprudence permettrait de statuer définitivement sur l’autorisation des casques à conduction osseuse pour les cyclistes. Malheureusement, à ce jour aucun recourt n’a été porté devant les tribunaux. Il existe néanmoins une jurisprudence administrative datant de Février 2017. En effet, la société chinoise Aftershokz avait saisi le conseil d’état pour attaquer le décret mentionnant l’interdiction du port à l’oreille de tout dispositif susceptible d’émettre du son afin de l’annuler. La requête fut rejetée et le conseil d’état rappela clairement qu’un dispositif émettant du son porté à l’oreille est interdit, alors même qu’il n’obstrue pas le conduit auditif (jurisprudence Aftershokz)

D’autres produit non porté à l’oreille sont proposés comme les enceintes pour vélo.  L’avantage de ces dispositifs est le prix compris entre 20 et 70€. Ces enceintes restent cependant difficilement adoptables en ville puisque le son est audible jusqu’à 10m autour du cycliste.

Earsquared a développé des écouteurs innovants, non portés à l’oreille et qui n’obstruent pas le conduit auditif, ce qui permet à l’utilisateur de rester en contact avec la circulation routière. Ces écouteurs sont commercialisés depuis peu au prix de 119€. Ils sont une alternative sécuritaire pour les cyclistes mais également pour les piétons. En effet, selon une enquête américaine, le nombre de piétons tué à triplé en six ans à cause du port d’oreillettes limitant drastiquement leur attention face à la circulation.

Ecouteurs pour vélo Earcity C vue porté
0 Partages
Partagez
Partagez
Tweetez