Earsquared

ASMR

Qu’est ce que l’ASMR ?

L’ASMR (Autonomous Sensory Meridian Response) est un acronyme anglais apparu aux Etats unis en 2008 pouvant être traduit par réponse sensorielle méridienne autonome, .

Cette réponse sensorielle est décrite comme des sensations de frissons ou de picotements dans la couronne de la tête. De nombreuses personnes rapportent avoir ressenti l’ASMR en réponse à certains déclencheurs externes dans l’enfance. Toutefois, ils supposent généralement que c’est soit une expérience universelle, soit une expérience qui leur est propre.  Au cours de la dernière décennie, Internet et les médias sociaux ont permis aux expérimentateurs ASMR d’étiqueter la sensation, de reconnaître qu’elle n’est ni universelle, ni unique. 

    ASMR

    Les déclencheurs ASMR

    Une étude publiée en 2015 par deux chercheurs en psychologie de l’Université de Swansea a permis de révéler et quantifier quatre principaux types de déclencheurs communs :

    • Les chuchotements (75%)
    • L’attention personnelle (69%) qui met souvent en scène un youtuber se mettant dans la peau d’un personnage qui s’occupe de l’internaute, comme un coiffeur, un médecin, une infirmière…
    • Les sons clairs (64%) comme les tapotements (ou « tapping ») sur des surfaces dures, par exemple
    • Les mouvements lents (53%)

    Mais c’est le docteur anglais, Craig Richard, qui, grâce à son site internet créé en 2014 (www.asmruniversity.com), recueille près de 30 000 témoignages d’expériences ASMR. Ces individus lui ont permis de mieux comprendre les stimuli et de les classer en 3 catégories :

    • Tactiles tels que le toucher léger, le massage, le toucher des cheveux, le toilettage et l’examen physique.
    • Visuels comme le regard et l’observation des mouvements lents de la main.
    • Auditifs tels que le chuchotement, les sons oraux (Les sons de la bouche, mâcher, souffler) et les sons liés aux objets (couper, froisser, caresser, manipuler).

    Les stimuli ASMR ont généralement un ou plusieurs des traits suivants : répétitif, rythme régulier et non menaçant. C’est à ce jour la plus grande enquête sur le sujet.

    ASMR définition

    Comment ça fonctionne ?

     

    Des millions de personnes sont désormais de fervents spectateurs des vidéos ASMR sur des sites internet tels que YouTube.  Ceux qui regardent ces vidéos rapportent qu’elles les aident à s’endormir, à se détendre, à combattre leur stress. De façon anecdotique, certains les utilisent comme un remède à la dépression et à l’anxiété. Pendant 10 ans, les recherches sur l’ASMR ont été rares. Toutefois, les chercheurs commencent aujourd’hui à s’intéresser à ce phénomène comme véritable méthode pour lutter contre l’insomnie et la dépression.

    • Une réduction du rythme cardiaque et une augmentation de l’activité électrique de la peau

    En 2018, une étude visait à déterminer si l’ASMR était une expérience fiable et physiologiquement enracinée. Pour ce faire, le professeur de psychologie Stephen Smith et deux collègues de l’Université de Winnipeg ont scanné et comparé 22 cerveaux dont la moitié étaient sensibles à l’ASMR. Les résultats ont montré une réduction de la fréquence cardiaque et une augmentation de la conductance cutanée (activité électrique de la peau) chez les personnes sensibles à ce phénomène. Ils sont cohérents avec l’idée que les vidéos ASMR régulent les émotions. Ces résultats devraient aider à dissiper le scepticisme quant à savoir si l’ASMR est un phénomène réel. Aussi, ils fournissent les bases sur lesquelles les recherches futures peuvent s’appuyer.

    • La sécrétion des hormones du bonheur

    ASMR Hormones

    ,,Depuis peu, le professeur, Craig Richard, cherche à déterminer l’importance de la sécrétion des « hormones du bonheur » telles que l’endorphine, la dopamine, l’ocytocine et la sérotonine dans les expériences ASMR. Cela permettrait de mettre en avant les avantages thérapeutiques de l’ASMR sur notre santé mentale :

    En effet, le rôle de ces hormones sur notre comportement est essentiel :

    • L’endorphine est produite lors d’une activité physique ou par le rire. Les endorphines provoquent un sentiment de bien-être voire d’euphorie, réduisent le stress et l’anxiété et ont un effet antalgique (anti-douleur).
    • La dopamine est sécrétée lors de situations agréables comme manger du chocolat, gagner à un jeu et provoque enthousiasme et encouragement à l’action.
    • La sérotonine est également produite  lors d’une activité physique mais aussi lors de l’exposition au soleil. La sérotonine nous apporte sérénité et optimisme. Un manque de sérotonine est impliqué dans les phénomènes de dépression.
    • Ocytocine, enfin, est produite lors de relations sociales positives tels que les câlins, compliments. Elle provoque un sentiment de confiance en soit et favorise les comportements altruistes et coopératifs.

     

    L’hypothèse du Dr Richard :

     

    Les endorphines peuvent être fortement responsables de l’euphorie, des frissons, partiellement du confort, de la relaxation et de la somnolence. La dopamine, elle, serait responsable du désir d’expérimenter l’ASMR à plusieurs reprises. L’ocytocine provoquerait ce sentiment de confort, de relaxation et participerait à la diminution du stress, tout en contribuant également aux frissons. Enfin la sérotonine apporterait ce sentiment de satisfaction, de calme et d’humeur positive qui persistent après l’expérience de l’ASMR.

    Aussi, les expérimentateurs ont permis de nous révéler deux phénomènes supplémentaires :

    D’abord, le simple fait de penser à un déclencheur ASMR peut permettre la montée en puissance de la sécrétion d’hormones. Notre cerveau perçoit notre imagination comme de véritables stimuli.

    Aussi, une désensibilisation à certains déclencheurs a pu être mise en évidence. En effet, une vidéo spécifique peut pendant un certain temps stimuler vos récepteurs d’endorphine, mais devenir moins efficace au fil du temps. Ce phénomène serait lié aux récepteurs d’endorphine qui deviennent moins sensibles lorsque ces derniers sont fréquemment stimulés.

    À ce stade, il semble que la capacité d’expérimenter l’ASMR, et les préférences pour des déclencheurs ASMR spécifiques, soient très subjectives. Espérons que la recherche jettera un peu plus de lumière sur ce phénomène.